Fiches Argumentaires


Pour bien m’alimenter avec des légumes/fruits :
- cultivés en Bio, sans pesticides, ni engrais chimiques de synthèse
- cueillis le plus souvent le matin , pour être livrés le soir même
- ramassés à maturité donc plus goûteux
- de saison donc riches en nutriments essentiels
- en circuit court, provenant d’une petite ferme locale
l- udique pour nos enfants qui voient de nouvelles variétés de saison
- parce que les PAMA nous permettent d'accéder a de nombreux produits
  • qui garde ainsi toute sa saveur dans un court transport du champ à l'assiette
Parce que j’ai pris conscience :
- de l’intérêt de savoir où ils sont cultivés et par qui .
- que je contribue au maintien de l'agriculture paysanne par mon acte d'achat
- que connaitre directement l'agricutleur me permet de mieux comprendre ses problèmes, contraintes et aléas climatiques,
- que de le connaître me permet de le remercier de vive voix pour ses beaux et bons légumes
- que sa rémunération est plus juste , c’est lui qui calcule le prix ( pas d’intermédiaire )
Aucune marge ne part à des intermédiaires : l'ensemble de mon chèque lui revient.
- que le contrat qui me lie à lui est un contrat solidaire
- je pré-achète la récolte ce qui apporte une trésorie au producteur
- je m'engage sur la durée (semestre ou année) ce qui lui permet de planifier et pérenniser ses employés agricoles
- Je partage les risques avec lui en acceptant parfois moins de diversité (voire moins de quantité) dans mon panier lors d'un aléas climatiques ou autres.
cela signifie aussi que le surplus de récolte en année bonne, nous offre des paniers trés garnis !
- que c’est une chance que le prix du Panier ne change pas pendant la durée du contrat

- que je n’ai plus besoin d’éplucher mes légumes/fruits et que donc j’en conserve les fibres et les vitamines
en forte présence dans la peau

- que je redonne du sens à mes achats
- Mon choix de modes de consommation, c'est mon "pouvoir d'agir" pour une société plus juste et humaine

- que c'est plus agréable, convivial de faire ses courses dans une Amap qu'un supermarché uniforme et impersonnel/
Là c'est une association de quartier, on a plaisir à se retrouver, échanger des nouvelles, partager des recettes.
- que ma participation bénévole permet de contenir un prix équitable pour le consom'acteur, de tisser du liens entre nous

MOTS CLES : circuit court, Amap, partage des risques, engagement solidaire, convivial

Parce que j’ai compris que c’est la seule agriculture :
- Qui , non seulement ne pollue pas, mais entretient et renouvelle les capacités du sol
- Qui préserve les ressources naturelles et l’environnement d’un terroir
- Qui assure un développement durable ( l’exploitation effrenée des ressources de la planète ne peut perdurer )
- Qui a façonné au cours du temps nos paysages si divers et si riches
- Qui protège les insectes utiles aux cultures ( et les oiseaux )
- Qui apporte aux cultures ainsi qu’aux élevages une vitalité et une immunité naturelle
- Qui a engendré une biodiversité importante par la sélection paysanne, au fil du temps, d’espèces adaptées à un terroir et à son climat.
- Que cette biodiversité est un leg de patrimoine génétique des générations précédentes, que nous devons entretenir et protéger pour les générations futures
- Qui maintient de l’emploi et même en génère car il faut plus de main d’oeuvre.
- Qui ingère moins de produits chimiques ( risque de cancer moindre)
- Qui donne des fruits et légumes avec gout et jus
- Qui apporte abondamment vitamines et minéraux nécessaires à notre santé de "mangeurs"
- Qui apporte santé aussi au producteur qui les cultive
- Que c’est une agriculture sure , qui respecte un Cahier des charges strict et qui est contrôlée chaque année. Alors que l’agriculture conventionnelle n’est jamais contrôlée. Ni même l’agriculture dite “ raisonnée “.

Parce que j’ai compris que :
- Seules, des fermes familiales pratiquent une agriculture diversifiée, à petite échelle, dans le respect des cycles biologiques de saison ( mon Panier verra passer une cinquantaine de légumes différents au cours d’une année )
- Seul, un approvisionnement de produits bio de proximité me permet d’avoir une nourriture saine et équilibrée
  • la saisonnalité = le corps est conçu pour être nourrit par certains aliments selon les saisons. il y a une adéquation entre les saison des aliments et les besoins nutritifs humains.
  • la diversité = le corps a besoin de divers nutriments et donc de manger le plus diversifié possibles (pas que des carottes et des pommes de terre !)
- Seul , un contrat solidaire avec un pré-paiement du Panier, permet à l’agriculteur d’engager ses dépenses avec plus de sérénité et donc d’assurer la perennité de la ferme
- Le bilan Carbone est meilleur par une moindre utilisation des énergies fossiles ( la fabrication d’une tonne d’engrais chimiques nécessite 2 à 3 tonnes de pétrole )
- Pour revenir à un système d'entraide, à des valeurs anciennes....
- Solidaire avec notre agriculteur et sa famille en cas de coup dur sur l'exploitation, et inversement si sa production est florissante il nous remercie en en donnant plus.

- qu'elle garantie, grâce au pré-achat des récoltes, la pérennisation des emplois agricoles (CDI au lieu de saisonnier), plus stables et sécurisants
- qu'elle entretient un terroir, un patrimoine paysager et culinaire régionaux
- que ses méhtodes culturales sont davantage respectueuses de l'environnement et de l'écologie : gestion économe de l'eau, gestion du tri des déchets, réduction de l'utilisation de plastiques dans les champs,
- qu'elle permet de "vivre de son métier de façon durable et de produire pour nourrir ces concitoyens" (source : BD Agriculture paysanne, Fadear 2015)
nb les 6 sujets de cette BD sont le cout des aliments, rencontrer des producteurs, les consom'acteurs, l'aide alimentaire et la démocratie alimentaire.

Mots Clés : Local, Paysanne, frais, de saison

Parce que j’ai lu des études ou des livres qui m’ont appris que :
- L’agriculture dite “ conventionnelle “, agro industrielle, à l’oeuvre depuis plus de 50 ans, ainsi que des pollutions diverses ,ont de lourdes conséquences sur la santé : obésité ou surpoids, diabète, cancers, allergies, maladies cardio vasculaires ... sont en nette progression. (“ On estime à 50 000/an le nombre de décès prématurés en France “, 6 millions sur la planète ! )
- la santé des producteurs est altérée par l'utilisation des produits de synthèse qu'ils manipulent. Ils développent davantage de maladies type leucémine, infertilité...

- La pollution tue aussi de nombreuses espèces animales. ( 20% de la popultion mondiale consomme 80% des ressources, et est responsable de 80% des pollutions ).
- Les sols malades, appauvris , ne peuvent nourrir les plantes. Il faut leur apporter sans cesse des engrais chimiques, des herbicides, des insecticides, des fongicides
- Les polluants altèrent la qualité des fruits et des légumes. Ils ont moins de goût. Les plantes sont carencées en nutriments essentiels .
- Les élevages d’animaux sont devenus souvent des univers “ concentrationnaires”.
Les animaux sont en souffrance permanente de la naissance à leur mort. De plus l’utilisation systématique et permanente des antibiotiques les affaiblit.
- Si les légumes/fruits Bio sont plus chers c’est parce que l’agriculture industrielle est largement subventionnée. C’est une agriculture assistée , sous-perfusion.
- Les plantes sélectionnées pour un haut rendement, gavées de produits chimiques ont perdu leur capacité d’adaptation et leur résistance aux attaques .
- Le prix d’un aliment de l’agro-industrie n’intègre pas le coût des subventions ni celui des problèmes sanitaires engendrés . En réalité , intégrer ces coûts multiplie par 4 ou 5 le prix sur l’étiquette.
- exploitation du personnel dans certaines zones.
- Bilan carbone @norme
- Il existe du bio industriel, intensif qui continue même sans pesticides à détériorer les sols par la monoculture.
- le circuit long vit par les intermédiaires qui créent une pression économique sur les paysans et ne lui permettent pas de dégager un revenu juste de son métier de cultivateur
- les délais de paiement du circuit long sont trop longs, parfois pouvant atteindre 1 an, pour la trésorerie des fermes
- les livraisons sont impersonnelles, sans contacts, dans des entrepôts