01 Edito Potimessage - Mai 2020

 : Thierry Gozzerino, Maraîcher et co-président des Paniers Marseillais

"Je profite à chaque fois que je prends le temps de vous écrire, de faire le point, la mise à jour, la pose nécessaire qui permet l’impulsion après un recul.
Une grande partie d’entre vous me connait depuis plusieurs années, au début de mon aventure AMAP je ne savais pas trop dans quoi, et surtout avec qui j’allais m’embarquer, ni l’état de la mer, et pour celui du bateau, il dépendait surtout des découverts plus ou moins autorisés du crédit agricole.
Aujourd’hui grâce au modèle auquel vous adhérez j’ai l’impression d’avoir plus de réponses aux questions que je me posais à une époque sur,
Quel modèle de production alimentaire propose les solutions les plus « écolo-économiquaux-sociaux-pérennes » qui soit ?
Encore faut-il se mettre d’accord sur les définitions de fond de ces quatre mots entre guillemets alors je n’en propose plus que deux, un modèle de « doutes » et de « résilience ».
Le temps est propice aux remises en questions !
Pour faire très simple je pense que dans notre espace commun plus ou moins confiné, le pire après cette période quelque peu particulière, le pire, serai que tout redevienne comme dans le monde d’avant.
Le moins souhaitable à mon avis sera que la zone de « Plan de Campagne » redevienne la sortie dominicale des familles alentour.
Le plus souhaitable à mon avis sera que nous exigions de nos politiques des plans de campagnes peuplées de paysans pour subvenir aux besoins vitaux des habitants ! Je note l’extrême fragilité d’un monde globalisé quand je sais que beaucoup de personnes stockent des monceaux d’utiles pour calmer des PIB*.

DANS LES CHAMPS à ce jour veille une belle équipe, autant de filles que de garçons en salariés-ées , Virginie ,Malika, France, Laetitia ,Marina ,Laurent ,David ,Abdé, Yoann, Rémi ,et nous espérons à la réouverture des frontières retrouver Badr !
Du semi à la préparation de chaque panier, toute l’équipe de Ma Saison travaille avec masque et gants, avec la chaleur qui arrive et des conditions de travail clairement extrêmes, je ne vous cache pas mon grand respect pour ces personnes, ni la peur d’en voir certains se décourager et nous quitter, à ma charge de savoir quoi faire pour les garder !
A ce jour je fais part de ma peine de savoir que David souffre d’un problème de dos qui l’empêche de travailler en ce moment, il est mon salarié le plus ancien, le plus complet aussi, tant humainement que professionnellement.
Avec beaucoup de réserves, des conditions sanitaires et sociales adaptées, mais avec un plaisir immense, nous avons eu et avons le plaisir d’accueillir l’aide de bénévoles « covid », Anne, Cecile, Laura, Pauline. ..
Comment s’habituer à cet élan de solidarité gratuit ?
Comment douter de la capacité de l’humain-collectif à construire, unir, vivant !?
*PIB ; peurs intérieures brutes
Je vous garantis de tout faire pour qu’en cette saison vous ne soyez pas trop impactées –és par nos difficultés liées soit aux problèmes d’approvisionnements, soit aux facteurs humains cités plus haut.
Si la plupart des plantations ont été faites pour les tomates, aubergines, concombres, poivrons. Sachez que les productions de printemps et d’été viendront comme toujours combler les places de paniers parfois décevants.
Mon rôle est d’ambiancer, plantes et humains, ce rôle est largement aidé par vous tous bénévoles associatifs , il n’y a pas de simples adhérents dans vos associations , vous êtes acteurs pour vous et vos familles d’un mode de consommation qui permet à tant de producteurs et transformateurs de vivre ,investir ,se parler ,s’écouter !
Un mot pour souligner le travail de chacune ou chacun d’entre vous ces dernières semaines ,ces heures au téléphone parfois à des heures de ouf, à organiser des systèmes de drives ,des parcours de distri ,de « distançage » ,certains, ils se reconnaitrons, ont parfois craqué , par des remarques déplacées d’autres ,j’ai vu quelques larmes ,remercié quelques élus , des policiers et des gendarmes . Parfois ma conviction à fait peut-être peur à certain et je m’en excuse mais je pense que la désobéissance civile et une armes pacifiste face à un ordre injuste. Avec toutes les précautions que nous prenons, nous devons paysans, continuer plus que jamais apporter notre production vers nos adhérents.
Je me permets de souligner le travail généreux de tous les bénévoles de notre réseau asso « Les Paniers Marseillais », et Agnès notre marathonienne –animatrice- magicienne, tous ont joué de beaucoup d’intelligence collective, face souvent à des défis et des choix qui rappellent que nous sommes associatifs pour donner et recevoir en mettant en avant nos convictions plutôt que nos personnes.

Pour finir je ne sais à quelle date se fera la traditionnelle journée dans les champs mais je sais déjà l’émotion que j’aurai à vous accueillir.

Je souligne par contre, plus que jamais les qualités de nos relations, de nos reculs et de nos impulsions."

Thierry GOZZERINO